top of page
Rechercher

Je suis vert, et alors !



Dans la continuité des semaines précédentes, je souhaite partager avec vous une manière différente d’analyser les traits de nos caractères, avec l’analyse des comportements rapportée aux couleurs, que nous classifions au nombre de 4, avec le bleu, le jaune, le rouge et le vert. Comme nous l’avons déjà vu, c’est un apprentissage plus facile, car les couleurs parlent à chacun d’entre nous, directement basée sur les travaux de Marston et de Jung et adapté par la méthode 4colors. Aujourd’hui, je vous invite à découvrir un autre côté de la boussole pour comprendre le comportement d’un sujet qui est « vert ».


Le vert en couleur dominante

Pour lui, se mettre en avant, prendre la parole en public facilement, avoir un avis sur tout, et surtout l'exprimer, ce n’est vraiment pas sa façon d'être.

Il est plutôt la discrétion incarnée. C’est une personne qui écoute plus qu’elle ne parle. L'empathie est son crédo, parfois même jusqu’à l’excès.

Sa principale préoccupation est de ne pas déranger. Pour lui, c’est une façon de traverser les relations avec son entourage, tranquillement, en se nourrissant des autres, afin d'être en harmonie avec eux. Cette philosophie calme et tranquille de traverser le monde, certain rêverait l'adopter.

Ce mode de fonctionnement plutôt introverti, réservé, discret pour ne pas dire effacé, est donc qualifié de « vert » de la méthode 4colors.que j’utilise lors de mes séances d'hypnose.

Si ce type de comportement permet une réelle écoute de l'autre, une capacité d'être modérateur, de synthétiser la parole de l'autre, c'est souvent au détriment de sa propre parole et de sa propre pensée.

En effet chez le « vert » dominant, « l'autre » prend plus d'importance que sa propre personne. « L'autre » peut devenir rapidement la référence, voire un inspirateur ou a contrario un juge.

Attention, être « vert » n'est pas un manque de personnalité. C'est une personnalité affirmée dans la discrétion.

Sous ses apparences calme et tranquille, la personnalité verte, cache de grandes frustrations quand elle s'exprime en excès. Ses préoccupations sont :

· Comment se faire entendre ?

· Comment exprimer un avis ?

· Comment trouver sa place face à des personnalités plus volubiles ?

· Comment voir le parfait accord avec soi-même sans gêner le monde ?

Dans cette dernière interrogation nous sommes au cœur de l'actualité du « vert », c’est à dire être lui sans faire de vagues, sans gêner le monde et sans l’influencer.


Comme vous l'avez déjà compris, une personne ne se résume pas à une couleur. Fatalement chez le « vert » il y a une part de « rouge » qui n’arrive pas à s’affirmer, et une part de « jaune » qui voudrait s’exprimer. Il y a aussi ses tendances extraverties qui peuvent être bloquées par une introversion dominante.


Pourquoi le « vert» souhaite s’orienter vers l’hypnose ? Deux phrases majeures s’expriment au début de la consultation. La première est « je pense trop aux autres et pas assez à moi, je me suis oublié, je donne tout à l'autre et je ne reçois rien ». La seconde est « j'ai l'impression que personne ne me voit, personne ne voit mes efforts et j’ai l’impression que personne n'en fait pour moi ».

Ces phrases sont souvent formulées avec, pour suivre, des mots d'excuse comme « je regrette mais… » ou « je suis désolé mais… », ou encore « je vous prie de m’excuser mais je voudrais exister ».

Cette dernière phrase « je vous prie de m'excuse mais je voudrais exister » résume assez bien le mal-être des « verts ». C’est une véritable dualité entre un besoin de lumière et une incapacité à l'assumer.

En hypnose on va donc chercher à enrichir le « vert » avec les autres couleurs. Il y a alors plusieurs choses qui émergent.


Comment se déroule une consultation d'hypnose avec un « vert » ?

Une fois la transe hypnotique installée, j'utilise toujours le même processus :

· Visualiser au maximum le « vert » en excès introverti de la personne, pour qu'elle ressente la gêne que cela lui procure.

· Effacer le « vert » pour laisser place à une personne totalement extravertie, totalement surpuissante dans la lumière jusqu'à monter cette tendance en excès.

· Réintroduire de l'introversion, de la modération, pour introduire de la pondération en instillant toutes les couleurs une par une.

Différentes émotions vont alors s'exprimer :

· De la tristesse et des regrets, comme « je devais faire ça », « j’aurais dû faire ça », « je dois assumer et me comporter de telle ou telle façon ». Mais si l'on renforce cette tendance et qu'on gomme le regret, nous allons obtenir une personne totalement apathique, froide, qui ne se contenterait que des actes.

· De la colère : « Si j’arrêtais d'écouter les autres je serais capable du pire, « je pourrais hurler », « je pourrais imposer », « je serais un vrai dictateur ».

· Puis la joie et la créativité apparaissent, avec des phrases comme « je serais léger », « je laisserai tout tomber », « je me foutrais de tout ! ».

Vous l'avez compris, la démarche est toujours la même. D'abord il s’agit d’exacerber une couleur, puis de la retirer petit à petit pour faire prendre conscience à la personne que la solution n'est pas le gommage, ni même l'arrêt d'être celui qu’il est, mais la possibilité de laisser émerger d'autres couleurs qui vont venir compenser sa tendance naturelle à l'introversion.


Le mode de pensée vert se marie bien avec les métaphores

Pour cela, j’utilise une métaphore musicale, avec des objets comme des outils de jeux spécifiques, grâce à des petits personnages en plastique de couleur rouge, jaune, bleu et vert qui vont permettre de faire vivre cette dernière. Je suggère donc la métaphore de la table de mixage qui est parfaitement compréhensible de tous. Lorsque nous montons le volume d’une couleur, nous pouvons aussi baisser l’intensité d’une autre, et lorsque nous baissons une couleur nous pouvons également augmenter, une, voire deux autres couleurs.

Le but de ces exercices permet de faire prendre conscience à la personne qu’elle peut moduler son comportement sans le changer totalement.

Le grand avantage de cet exercice réside dans le fait que de toutes les couleurs, le « vert » est sans doute celle qui prend le plus de temps pour observer sa vie intérieure et donc prend le plus de temps pour la modifier.


La semaine prochaine je vous parlerai d'un trait de comportement, qui lui ne prend pas du tout le temps, car il est en action permanente, c'est le « rouge ».

À bientôt !


77 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page