top of page
Rechercher

C'est la dernière j'arrête !




Chaque fumeur se dit un jour, c'est la dernière, J'arrête de fumer.


Combien de fois vous vous êtes dit cette phrase ? Combien de fois cette décision « j'arrête », s'est soldée par… rien ?


L'addiction au tabac est de deux ordres : Une dépendance chimique à la nicotine et une habitude comportementale à l'acte lui-même.

La consommation de tabac répond à un processus que vous vous êtes construit face à une situation :

  • Gestion d'un stress,

  • Besoin de casser un rythme,

En association à un moment privilégié:

  • La prise d'un café,

  • La pause entre collègues,

  • La première du matin, 

  • Après l'amour :)

Autant de comportements qui vous sont propres.

 

Au travers de la séance d'hypnose, vous allez vous construire un autre automatisme.

L'hypnose vous permet de vous redonner du choix, je fume ou bien ...


Les fausses convictions Pour arrêter de fumer, vous vous dîtes : «allez 3 semaines ce n’est pas si grave» ou «une journée de plus ou de moins, qu’est-ce que ça change ? ».


Malgré cela, vous avez tout essayé : la méditation, la rationalité et toujours rien. Le bon vieux fonctionnement revient au galop


« Arrêtez c’est combattre ». Vraiment ?! Arrêter c’est combattre, c'est lutter contre ce qu’on ne veut plus, c'est focaliser toute son énergie sur la chose que l'on souhaite arrêter. Et si c’était la mauvaise solution ?

En fait quand l’on veut arrêter de fumer, on focalise tellement sur la cigarette qu’on lui donne toute la place. Quand vous voulez arrêter de penser à une personne qui vous obsède, vous ne pensez plus qu'à elle, et pourtant vous voudriez l’oublier.

Ce comportement ne serait-il pas un peu contradictoire, car visiblement il est contre-productif, parce que les pensées sont toujours là.


Le cerveau ne comprend pas la négation. Lorsque vous je vous dis : « ne pensez pas à un éléphant », vous avez déjà dû construire l'image d'un éléphant dans votre cerveau pour ensuite la gommer. Vous êtes alors victime d'un biais cognitif.


Alors comment mettre en application ce «j’arrête» ? Pour obtenir la solution à ce « j’arrête », il faut arrêter de se focaliser sur la chose que l'on veut changer pour se laisser traverser par elle, puis regarder ce qu'il y a autour, pour élargir son champ de vision.

Cadrer nos préoccupations Lorsqu’on fume, il faut déjà déterminer ce qu'il y a autour du tabac.

Il y a le plaisir que vous avez à fumer, les moments de convivialité, le moment qui fait croire que le stress diminue, le moment que l’on s'autorise pour faire une pause, puis le moment où l’on s'isole des autres, parce que la fumée et l’odeur dérangent.


Maintenant, retirez la cigarette de ces moments. Existent-ils toujours ?

C’est ici qu’il est important de se poser la question « suis-je capable de réaliser que je peux m'isoler des autres, prendre un moment pour moi être dans le plaisir, sans avoir la clé de la cigarette ? ».



Pour arrêter, une des solutions serait de se laisser traverser plutôt qu'envahir.

En hypnose c'est exactement le travail que je vous invite à faire.

Je ne nie pas, je ne mets pas de côté le problème qui vous fait venir en consultation. Au contraire, nous allons dans un premier temps nous focaliser dessus. Nous allons le regardez, jusqu'à saturation, puis nous allons ouvrir le champ de toutes les pensées, en partant de ce point de départ.

Paradoxalement plus j'arrête pour me donner la liberté plus je bride celle-ci.




13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page